07/05/2015

LE MOBILE ET L'EXPÉRIENCE SPECTATEUR (3/4)

LE MOBILE ET L'EXPÉRIENCE SPECTATEUR (3/4)

DOSSIER - MOBILE & SPORT, UNE RELATION À INVENTER

Suite de notre dossier consacré à la relation entre Mobile et Sport, avec cette semaine un grand entretien avec Boris Helleu, Maître de Conférences et fondateur du blog Hell of a Sport consacré à l'économie et au marketing du sport. Il répondra à nos questions concernant les mutations induites par la technologie mobile dans la consommation du sport.


Fan 2.0 : du canapé au stade, une nouvelle consommation du sport

L'essor des médias et des réseaux sociaux semble avoir donné naissance à une nouvelle catégorie de fan, le fameux fan 2.0. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Tout d’abord, lorsque l’on parle du fan 2.0, il est nécessaire de faire une distinction entre deux catégories : le fan qui consomme le spectacle sportif au sein du stade et celui qui regarde les matches chez lui, devant sa télévision. Pour résumer, on peut dire que le premier est une déclinaison digitale du fan tandis que l’autre est une sorte de téléspectateur 2.0. Les logiques et les usages diffèrent selon le type de fan observé.

Le fan est avant tout producteur de contenus. Grâce à son smartphone, il a accès à diverses applications et réseaux sociaux qui lui permettent de générer différents types de contenus : des commentaires à chaud, un partage de son expérience avec Twitter, des photos sur Instagram et même des vidéos grâce à Vine.

Le "téléspectateur numérique", s’il produit également des contenus, est avant tout consommateur. L’usage des réseaux sociaux est également très répandu, mais se limite à des commentaires sur Twitter. Cependant, grâce à la technologie second-écran, le téléspectateur 2.0 a accès à des contenus exclusifs proposés par les chaînes, la plupart du temps sur tablette ou PC portable. Canal + et sa Canal Football App permettent ainsi à ses utilisateurs de bénéficier d’axes de caméras différents, de statistiques enrichies ou encore de palettes 3D en temps réel.



« Le community manager est aujourd’hui l’une des personnes les plus importante des clubs. »


Quels sont les effets évolutifs pour les clubs ?

Du côté des clubs, l’implication la plus importante concerne la prise en compte de la voix des supporters sur les réseaux sociaux. Une fanbase de plusieurs milliers voire centaines de milliers de personnes est un atout à prendre en compte. Un "like" n’est pas un geste anodin, c’est le premier pas vers l’engagement et, à terme, une possible fidélisation qui peut être monétisée.

Il est donc primordial de faire grossir cette fanbase. Aujourd’hui, cela passe impérativement par la valorisation du contenu produit pas les fans. C’est le travail du community manager qui est devenu, à mon sens, l’une des personnes les plus importantes des clubs qui n’ont désormais qu’une seule et unique exclusivité : l’accès au vestiaire et à la vie interne de l’équipe.


« Certaines arénas proposent même des applications rendant possible la visualisation en temps réel de la fréquentation des toilettes ! »



Autrefois centre névralgique du spectacle sportif, le stade semble perdre quelque peu de sa superbe. Comment les promoteurs entendent-ils réagir face à cette "concurrence du canapé" ?

Pour que le stade reste le lieu de référence de la consommation de spectacle sportif, promoteurs et clubs doivent avoir une réflexion globale sur la question de l’expérience spectateur. Celle-ci doit être appréhendée à travers deux angles différents.

Le premier concerne le spectacle sportif en tant que tel. Le fan ne veut plus être un simple spectateur, il faut donc lui permettre de prendre part au match qui se déroule sous ses yeux. De nombreux dispositifs peuvent être mis en place pour améliorer cet aspect. Une équipe NBA a par exemple compilé les nombreuses vidéos d’un panier décisif prises par les fans et les a retransmises sur l’écran de la salle. En plus de la joie ressentie par les fans dont la vidéo a été choisie, les angles de vue multiples ont été un vrai plus pour tous les spectateurs.

 

Les fans des Kings de Sacramento au cœur du jeu grâce aux Google Glass
 

La qualité de l’accueil et le confort constituent le second levier grâce auquel les clubs peuvent améliorer l’expérience spectateur. Il s’agit d’accompagner le fan dans son parcours client, avant, pendant et après le match. Cela concerne un éventail d’éléments ne faisant pas partie intégrante du spectacle sportif : accès, billetterie, restauration… Afin d’améliorer ces aspects, tout un ensemble de solutions de servicing mobiles personnalisées peuvent être développées.

En NBA, il est possible de commander de la nourriture et des boissons directement depuis sa place, permettant ainsi d’éviter aux spectateurs l’attente à la buvette. Certaines arenas proposent même des applications rendant possible la visualisation en temps réel de la fréquentation des toilettes !

A travers ces exemples, il apparaît nettement que l’amélioration de l’expérience spectateur passe par la connectivité des stades dont l’enjeu central est bien entendu le mobile.


« Le retard de la France ne peut pas s'expliquer par des raisons technologiques. »


La plupart des exemples que vous citez nous viennent des Etats-Unis. Où en est la France du point de vue de la connectivité des stades ?

La France, et plus largement l’Europe, sont en retrait par rapport à ce qu’il se fait outre-Atlantique. Le Real Madrid a été l’un des premiers à parier sur cette tendance en mettant en place la "Cisco Connected Stadium Wi-Fi Solution", permettant aux milliers de spectateurs de se connecter aux réseaux sociaux et de partager leur expérience sur les écrans géants, et auprès de leur communauté. D’autres exemples existent aux Pays-Bas, en Angleterre ou encore en Allemagne.

En France, la 4G a été installée dans l’Allianz Riviera de Nice, et d’autres projets sont en cours. Le nouveau stade de l’Olympique Lyonnais ou encore la nouvelle Bercy Arena seront également mieux équipés, et définitivement tournés vers le digital. Quoiqu’il en soit, le retard ne peut pas s’expliquer par des raisons technologiques mais repose sur des choix stratégiques divergents.

 

Prochain article - La mutation de la consommation du sport à travers l’essor des objets connectés (4/4).

LIFEFEED